Faits et statistiques

Selon les données du recensement, environ 65 % des conducteurs de camions travaillaient en 2006 dans l’industrie du transport, principalement dans le transport par camion (61 %). Les autres se répartissaient dans de nombreuses industries, principalement dans le secteur manufacturier (9 %), le commerce de gros (6 %) et la construction (6%).

Tendances

L’évolution de l’emploi dans cette profession dépend principalement de facteurs économiques, organisationnels et réglementaires.

Facteurs économiques

Du côté économique, le premier facteur à considérer est bien sûr la croissance économique comme telle. En effet,Croissance en camionnage lorsque les consommateurs, entreprises et gouvernements dépensent plus, la demande de transport augmente proportionnellement. D’ailleurs, le nombre de camionneurs :
•a diminué lors de la récession du début des années 1990
•a augmenté lentement au milieu de cette décennie, lorsque la croissance économique était faible
•a augmenté fortement dans la deuxième moitié de cette décennie, alors que la croissance économique était forte et
•est demeuré assez stable entre 2000 et 2006, alors que la croissance était plus modeste avant de repartir en hausse en 2007 et 2008
•a diminué en 2009 et 2010 en raison de la récession
a augmenté en 2011 avec la reprise

Compte tenu de nos prévisions de croissance, ce facteur devrait contribuer à l’augmentation de l’emploi dans cette profession.

Autres facteurs économiques

Jusqu’en 2000, l’emploi dans cette profession a bénéficié de la forte croissance du commerce international, surtout du côté des exportations vers les États-Unis, qui recevaient à l’époque entre 80 % et 85 % de nos exportations. En effet, selon les années, de 50 % à 60 % de la valeur des marchandises qui se dirigent vers les États-Unis se fait en camion (51 % en 2005, selon Le camionnage au Canada 2005 de Statistique Canada), ce qui n’est pas le cas pour les exportations vers les autres pays. La croissance des exportations vers les États-Unis au cours des années 1990 a été deux fois plus forte (11 % par an) que la croissance des exportations vers les autres pays (6 %). La valeur des exportations vers les États-Unis a soudain baissé entre 2000 et 2003, puis est demeurée assez stable jusqu’en 2008 avant de chuter en 2009 et 2010 en raison de la récession de 2008-2009 et augmenter légèrement en 2011. Ce changement de tendance s’explique principalement par la baisse du taux de croissance économique aux États-Unis, la hausse du dollar canadien et la concurrence de plus en plus forte des pays à faibles salaires sur le marché américain, surtout de la Chine. Si la vigueur du marché intérieur a permis de contribuer à une forte hausse de la valeur des livraisons manufacturières de 2003 à 2006, elle n’a pu que limiter leur baisse entre 2006 et 2008, et n’a pu jouer ce rôle de 2009 à 2011, principalement en raison de la récession et de ses conséquences.

 

Faits et statistiques camionnage

La valeur des échanges internationaux devrait stagner ou n’augmenter que légèrement au cours des prochaines années.

Les conséquences de la récession de 2007 à 2009 aux États-Unis, destinataires d’environ 70 % de nos exportations internationales, ainsi que les déficits commercial et budgétaire extrêmement élevés aux États-Unis devraient limiter les possibilités de croissance de la valeur des exportations vers ce pays.

Les effets de la récession ayant été beaucoup moins importants que prévu au Canada et surtout au Québec, le marché intérieur pourra compenser quelque peu la stagnation des exportations et contribuer directement à la croissance de la valeur des livraisons et de l’emploi dans cette profession.

Notons que l’augmentation de la demande de conducteurs de camions générée par la croissance des exportations vers les États-Unis s’est concentrée sur les conducteurs de camions sur longs parcours. Comme mentionné plus tôt, le fait que de nombreux conducteurs refusent de s’absenter de leur domicile pour de longues périodes entraîne pour les employeurs de sérieuses difficultés à trouver suffisamment de personnel pour le transport aux États-Unis.

Facteurs organisationnels

Du côté organisationnel, l’adoption de la gestion des stocks de type «juste-à-temps» a fait croître légèrement les activités de camionnage, en faisant diminuer les quantités transportées et augmenter les fréquences de livraison. Quoique toujours populaire, l’intérêt de ce type de gestion pourrait s’estomper en raison de la hausse des prix du pétrole et leur maintien à un niveau élevé.

Également du côté organisationnel, les dernières années ont été marquées par un mouvement de sous-traitance des activités de camionnage. Ce mouvement s’est concrétisé de deux façons. Des entreprises de toutes les autres industries, mais surtout du secteur manufacturier, ont décidé d’abandonner leurs activités de camionnage pour les donner en sous-traitance à des entreprises spécialisées dans le transport par camion. D’autres entreprises, notamment dans les secteurs manufacturier et forestier, ont plutôt sous-traité ces activités directement à leurs conducteurs salariés, les «transformant» par le fait même en travailleurs autonomes. Reflet de ce mouvement de sous-traitance, la proportion des conducteurs de camions qui travaillent dans l’industrie des transport est passée de 44 % en 1990 à 62 % en 2008, selon les données de l’Enquête sur la population active de Statistique Canada. Même si cette proportion a diminué fortement entre 2008 et 2011 (à 55 %), la récession frappant plus durement le camionnage à contrat que celui des entreprises de la construction, du secteur manufacturier et du commerce, cette tendance à la sous-traitance des activités de camionnage devrait se maintenir au cours des prochaines années.

Facteurs législatifs et réglementaires

Finalement, le cadre législatif et réglementaire peut également influencer l’évolution de l’emploi dans cette profession. Face à la sensibilisation accrue de la population à la sécurité routière, les ministres des transports de toutes les provinces canadiennes se sont entendus en 2002 pour adopter des règles identiques en matière d’heures de conduite pour les véhicules lourds. Ces normes visent à réduire le nombre d’heures consécutives au cours desquelles un camionneur peut conduire. Cette réglementation favorise bien sûr la croissance de l’emploi dans cette profession même si son impact risque d’être assez limité. Dans le même ordre d’idée, de nombreux citoyens et groupes de pression voudraient que les policiers appliquent de façon rigoureuse les limitations de vitesse pour les camionneurs. À ce sujet, les véhicules lourds doivent depuis 2009 posséder des limiteurs de vitesse de façon à empêcher ces camions de rouler à plus de 105 km/h. Cette réglementation favorise quelque peu la croissance de l’emploi dans cette profession.

Changements technologiques

Au cours des dernières années, les conducteurs de camions ont connu un bon nombre de changements technologiques :

  • les systèmes de positionnement par satellite (GPS), qui permettent de suivre ou de retrouver les camions de façon assez précise.
  • la «boîte noire» qui enregistre une foule de données portant sur la mécanique et sur les habitudes de conduite des conducteurs.
  • les téléphones cellulaires, les téléavertisseurs et même parfois des ordinateurs

Si ces changements influencent peu l’évolution de l’emploi dans cette profession, ils ont toutefois des impacts importants sur la façon de travailler des conducteurs de camions et sur les exigences des employeurs.

Compte tenu de la croissance prévue au Québec, au Canada et aux États-Unis, le nombre de conducteurs de camions devrait augmenter légèrement au cours des prochaines années.

 

Étudiant formation vehicule lourd

Études et formation

Il est possible d’accéder à cette profession sans formation spécifique. Selon les données du recensement de 2006à peine 14 % des membres de cette profession possédaient une formation postsecondaire dans le domaine du transport de personnes et de matériel. En outre, 33 % d’entre eux avaient une scolarité inférieure au diplôme d’études secondaires (DES). Même si les exigences en matière de formation en milieu scolaire ont tendance à croître, le fait d’obtenir un permis de conduire approprié à la classe du véhicule à conduire (classes 1 à 3) et de posséder un excellent dossier de conduite est encore un mode d’accès à cette profession assez répandu. Selon les cas, les employeurs exigeront le DES, une formation sur la manutention et le transport de substances ou de marchandises dangereuses, ainsi que des connaissances ou de la formation en mécanique. De plus, plusieurs employeurs offrent une formation en cours d’emploi.

 

Toutefois, le diplôme d’études professionnelles (DEP) en transport par camion est de plus en plus souvent exigé. D’autres formations offertes dans des établissements privés représentent un atout.

En outre, il faut obligatoirement être inscrit au Registre des propriétaires et des exploitants de véhicules lourds de la Commission des transports du Québec pour mettre en circulation un véhicule lourd et pour exploiter ou offrir des services avec ce type de véhicule.

Références
Camo-route inc.
Conseil canadien des ressources humaines en camionnage
Association du camionnage du Québec
Association sectorielle du transport et de l’entreposage
Ministère du Transport du Québec – Camionnage
Société de l’assurance automobile du Québec
Commission des transports du Québec
Association sectoricelle du transport et de l’entreposage (ASTE)
Institut de recherche en santé et en sécurité du travail (IRSST) – La manutention

Considérations importantes

Compte tenu de la croissance prévue au Québec, au Canada et aux États-Unis par la suite, le nombre de conducteurs de camions devrait augmenter légèrement au cours des prochaines années.

 

Principaux indicateurs du marché du travail

Statistique camionnage 2013 au canada

Statistique revenu camionnage 2013 au canada

Statistique camionnage 2013 au quebec

Statistique camionnage 2013 au quebec repartition

Source: Gouvernement du Canada

Vous trouverez également intéressant de consulter:

Théorie en ligne

Théorie en ligne

Apprenez et étudiez à partir de votre domicile, en accédant à notre formation en ligne disponible depuis déjà 10 ans. Nos formations interactives vous permettent également de vérifier vos connaissances avant de planifier votre examen à la SAAQ.

Nos récents témoignages

Nos récents témoignages

Plusieurs de nos étudiants en témoignent, nos formations de qualité permettent de dénicher un emploi en un temps record. Consultez cette section utile dès maintenant !

Des formations personnalisées

Des formations personnalisées

Obtenez les détails généraux sur nos formations de véhicules lourds. De nombreux forfaits vous sont proposés selon vos besoins.